Sentiment absent
 

Sentiment absent Chronique d'une solitude

Les photographies des rues vides visibles dans le monde durant le confinement qui a paralysé le monde en 2020 étaient remplies de la gravité de l’événement mondial et nous rappellent l’empêchement ressenti alors. 

Dans «Le sentiment absent», le vide a été cherché pour son intérêt graphique et narratif. Bien avant que le Covid ne change la perception d’un lieu vide, j’avais commencé à scruter les cadres semi-abstraits pour en faire des poésies visuelles de l’absence, travaillant la cadence, la couleur et le rythme des graphismes urbains qui m’entouraient. Chercher des lieux vides n’est pas chose facile en général, le monde environnant étant rempli de gens à chaque coin de rue. A la différence du vide douloureux ressenti à la vue des photos des places parisiennes fantomatiques en pleine journée, mes images suggèrent bien la présence humaine au bord du cadre… Objets laissés là un temps, infrastructures solides et installations urbaines éphémères ou signalisations sont autant de manifestations de la présence de l’homme. Cette série a été réalisée entre 2016 et 2019. 

Fisheye magazine publication et texte de Lou Tsatsas, juin 2020

Dim Dam Dom magazine publication,mai 2020