top of page

Forte d'une démarche artistique englobant la photographie et le cinéma, Anne-Charlotte Moulard questionne la notion du réel que ces deux médiums abordent. Son travail de conteuse visuelle s’articule autour de la mémoire des lieux, de la trace de l'homme et des perceptions qu'elle traite toujours avec une dose d'humour et un certaine décalage. 

Directrice artistique de formation, Anne-Charlotte Moulard débute sa carrière au sein d’une agence de production de films publicitaires. Après avoir assisté le portraitiste Rankin à Londres, elle se lance à son compte en tant que photographe, partageant son temps entre créations originales pour les marques, éditos et reportages.

 

Sa première série ©Où est charlie? est réalisée avec Maxence B.Cardon sous le nom de max&charlotte alors que les deux artistes sont encore sur les bancs de l’Ecole des Gobelins. Cette série est exposée à Paris durant 6 mois avant de s’exporter à Singapour, Copenhague ou encore Cape Town ; celle-ci est associée à une belle couverture médiatique en France et à l'international.
 

Anne-Charlotte écrit, photographie et filme ses projets ; En 2019, elle réalise son premier court-métrage Early Bird qui remporte le premier prix du Nouveau Talent décerné par le Club des Directeurs Artistiques. En 2021, elle réalise Thermal qui remporte le premier prix de la meilleure musique originale à Toronto. En 2022, elle est résidente du Festival Planches Contact à Deauville où sa série Léon a rasé C ésar à Noël est exposée. Depuis peu, elle se lance dans la réalisation de sa première monographie sur sa série au long-cours, Stella

 

En parallèle de son travail de commande, elle se focalise sur des projets proches de chez elle et collecte des images de sa région, de sa famille ou de sa ville natale. Celle qui se définit comme une conteuse visuelle est à l’affût de sujets à retranscrire pour susciter une émotion.

« J’ai peur que les choses et les gens ne disparaissent. C’est pour cette raison que je photographie mon entourage depuis toujours. La photographie a un rôle de document qui capture la mémoire d’un temps révolu. Les personnes que je photographie sont généralement des personnes que j'admire ou m’intéressent. Ainsi, je garde des traces de l’histoire des gens que j’ai rencontré. De cette manière, je les garde en vie. »

 

Tous ses projets personnels sont réalisés à l’argentique. Cela rend le processus réel et vivant. La lumière est aussi un élément capital, point d’orgue d’une image. 

 

« Photographier c’est aussi se connaître et savoir pour quoi on se bat ! D’où je viens et ce que je suis se voit dans mes images. Au fond, elles sont moi ! »

2019-06-12 17.20.38.jpg
bottom of page