Gardening

a lonely child game

La folie douce de ma famille est le berceau de mes inspirations. J’ai grandi dans un royaume pas plus grand que la taille de mon jardin, monde dans lequel devenir soi était autorisé. Comment trouver sa place dans une famille ou dans un monde plus vaste ? L’aventure d’une famille, c’est après tout une petite histoire du monde vécu par tous mais qui trouve son expression dans la diversité des intimités.

 

Faut-il se ressembler pour s’aimer éperdument ? Faut-il être d’accord sur tout pour accepter de jouer le jeu d’une enfant à l’imaginaire débordant ? C’est dans l’émotion que le rire trouve sa plus grande force et si la forme est essentielle pour moi, c’est avant tout l’histoire au dessous du vernis qui me plaît afin de laisser libre l’imaginaire. Dans Gardening, il s’agit de trouver la force de continuer à jouer alors que la vie nous chahute. Jouer, c’est vivre ! Paradoxalement, le confinement m’a permis de vivre une parenthèse enchantée de quelques mois avec mes parents sur fond d’apocalypse. C’était aussi synonyme d’un retour à la maison de mon enfance. Il ne me restait plus qu’à proposer à ces derniers l’idée de recycler les vêtements chics des années fastes pour qu’un ballet fou vit le jour durant ce temps suspendu.