top of page

Au-delà des dunes

A l’évocation de l’Amérique, chacun se fait un film qu’il s’agisse d’un cowboy solitaire, d’une femme éreintée par la vie ou encore de grands espaces. La légende dit que Wim Wenders aurait demandé à Sam Shepard de lui écrire le scénario de Paris Texas après avoir lu son récit de nouvelles, Motel Chronicles, sorti en 1982.

"In Rapid City, South Dakota, my mother gave me ice cubes wrapped in napkins to suck on. I was teething then and the ice numbed my gums. 

That night we crossed the Badlands. I rode in the shelf behind the back seat of the Plymouth and stared out at the stars. The glass of the window was freezing cold if you touched it".  Sam SHEPARD, Extrait issu de la nouvelle Homestead Valley. Ca. Motel Chronicles


C'est le point de départ de cette série narrative qui me permet une réflexion sur la vision de l’Amérique par une européenne. Sam Shepard a dessiné les contours de l’iconographie cinématographique moderne de l’Amérique. Dans son ouvrage, les hommes sont souvent des solitaires et les femmes des mères courage, égratignées par l’âpreté de leur quotidien. 

 

La série réalisée sur une période de 4 ans propose des images mises en scène. Il s’agit ici de montrer une réalité banale et pourtant fictive dans une recherche esthétique cinématographique. Chaque image est le début d'une scène prête à être tournée. Le spectateur est, quant à lui, libre de se raconter son histoire.

bottom of page